STARTUPSRecruter des femmes dans le secteur Tech & Digital...

Recruter des femmes dans le secteur Tech & Digital est-il sexiste ?

-

De nombreux médias RH en parlent, notamment Stagemploi : les femmes sont sous-représentées dans le secteur IT, et plus largement dans les métiers de l’ingénierie, des sciences ou encore des mathématiques. Outre Atlantique, mais pas seulement, de nombreuses initiatives voient le jour autour d’un « mouvement » des « women in tech ». Pour aborder le sujet et surtout les débats qu’il suscite, nous avons décidé aujourd’hui de vous traduire un article paru dans « Dame magazine ».

N’hésitez pas à réagir à cet article, à apporter vos propres témoignages.

Recruter des femmes dans le secteur IT est-il sexiste ?

Les efforts entrepris pour permettre de recruter davantage de femmes dans les emplois techniques sont-ils sexistes ? Les femmes elles-mêmes semblent partager sur le débat.

C’est un fait, il y a aujourd’hui moins de femmes qui travaillent dans les domaines de la science, la technologie, l’ingénierie, les mathématiques qu’il n’y en avait dans les années 90 selon un rapport de L’US Census Bureau. Toujours selon ce rapport, les femmes ne représentaient que 26% de la main d’oeuvre dans ces domaines (« STEM jobs »: Sciences, Technologie, Ingénierie et Mathématiques) en 2011. Certaines entreprises tentent de lutter contre ces chiffres désastreux.

Les bonnes raisons pour embaucher plus de femmes dans les emplois de la technologie ne manquent pas. La diversité dans le développement  permet notamment de créer des produits qui répondent mieux aux besoins de tous les consommateurs. La recherche a d’autre part prouvé que les équipes dans lesquelles travaillent des femmes sont collectivement plus efficaces.

Cette année, la société Etsy a attiré toute l’attention par ses efforts visant à accroître la parité. Ils ont notamment modifié leur process de recrutement et ont offert des bourses aux femmes qui souhaitaient participer aux programmes de formations d’ingénieur junior. Et cela a fonctionné, le nombre de femmes ingénieurs dans la société d’e-commerce a grimpé de 500% ! Un réel progrès non ?

Et bien, peut-être pas … Les femmes du numérique ou plus globalement des secteurs de la technologie, ces « women in tech » on débattu à propos de ce type d’actions positives, partant de deux perspectives très différentes.

« Women in tech » vu par Lea Verou

Lea Verou, Ingénieure Front End et Webdesigner reconnue, n’est pour sa part pas « fan » du « concept ».

Elle écrit  » La plupart des gens qui me suivent sur les réseaux sociaux savent ce que je pense de l’esprit des initiatives autour des « women in technology » (…) Même s’ils veulent bien faire, je pense que la plupart d’entre eux (pas tous !) sont effectivement en train de faire plus de mal que de bien aux femmes dans ce secteur (…) »

Elle explique que lorsqu’elle s’exprime dans les conférences « tech », elle se sent toujours obligée de prouver qu’elle n’est pas là parce qu’elle est une femme, mais parce qu’elle est une bonne développeuse et qu’elle a quelque chose de valeur à enseigner. Toujours selon Lea Verou, l’abondance d’événements axés sur les femmes « entache la perception que l’on a d’elles en matière de technologie. Elle ajoute  « je crois qu’ils cultivent l’idée répandue que les femmes sont des êtres fragiles qui trouvent leurs collègues masculins trop intimidants ».

Lea Verou ne conteste pas qu’il est important d’encourager les femmes à rejoindre ce secteur d’activités. Mais elle est en désaccord avec la notion de quotas et de modèles basés sur le sexe.

« Surmonter les préjugés contre les femmes est une chose, mais à l’inverse, entrer dans un parti pris contre les hommes en est une autre, et c’est tout aussi sexiste ». Elle ajoute  « La notion selon laquelle les femmes ont besoin de modèles féminins découle de l’idée que le sexe est la caractéristique la plus importante, celle qui définit qui vous êtes ».

La vision de Julie Ann Horvath

A l’inverse, Julie Ann Horvath, l’une des premières développeuses de GitHub, pense qu’il est important de chercher à avoir davantage de modèles féminins.

Julie est arrivée dans son premier job « tech » par accident :  « Il a fallu attendre que je vois une femme réussir dans ce milieu pour que je me dise que c’était également possible pour moi ». Dans son poste actuel, alors qu’elle aidait une collègue femme à écrire du code, une nuit, elle réalisa l’avantage que cela représentait d’avoir des collègues femmes. « Je n’ai pas eu à prouver que j’étais aussi intelligente et je n’ai pas eu à crier pour être entendue ou pour que mon avis soit pris en compte. »

Du coup, elle a crée au sein de GitHub, Passion Projects : une série de talks mensuels ouvert au grand public, dans lesquels des femmes ingénieures, développeuses et entrepreuneuses partagent leur travail. Elle est convaincue que cette initiative pourra inciter plus de femmes à envisager de faire carrière dans la technologie.

Et elle est peut-être bien sur quelque chose : grâce aux « Passion Projects » et à la proactivité préalable de GitHub à recruter des femmes, elles ont représentées 1/4 des 60 dernières recrues de la société .

En conclusion

De nombreux efforts de recrutement se focalisent maintenant sur des initiatives à long terme visant à enseigner aux jeunes filles comment coder. Mais l’enseignement seul ne suffit pas : bien que 41% des diplômés en sciences et ingénieurie soient des femmes, seules 15% d’entre elles choisissent actuellement de travailler dans ces secteurs que sont les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques.

Finalement, Lea et Julie partagent un sentiment commun  « je ne veux pas juste embaucher des femmes « qui déchirent », je veux tout faire pour les garder. »

Tous les sujets à suivre

Comment créer une vidéo personnalisée pour les publicités YouTube

Si vous êtes intéressé par les publicités YouTube, vous avez besoin d'une vidéo. Les petites bannières publicitaires YouTube qui...

Définition : Qu’est-ce que la réalité augmentée ?

La réalité augmentée (RA) devient de plus en plus populaire, malgré le fait qu'il est difficile d'expliquer cette technologie,...

15 réseaux d’affiliation alternatives de à ShareASale

ShareASale est l'un des nombreux réseaux d'affiliation sur le Web. Ils ont un réseau de bonne taille, mais ils...

Comment choisir la meilleure entreprise informatique ?

Les problèmes de site Web, les attaques de cybersécurité et de nombreux autres incidents informatiques peuvent coûter à votre...

Faut-il acheter son nom de marque ou une société concurrente avec AdWords ?

Lorsque vous discutez avec des annonceurs sur Google Ads, la question qui se pose toujours : est-il utile d'enchérir...

Comment utiliser Instagram pour promouvoir votre entreprise ?

De nombreux entrepreneurs sont aujourd'hui présents sur les médias sociaux, notamment à travers une page Facebook et un compte...

ArticlesConnexes
Recommandés pour vous