Le rallye des prix du pétrole en 2021 est loin d’être terminé

0
112
Prix du pétrol augmente en octobre 2021

La remontée des prix du pétrole est loin d’être terminée, les baisses de stocks à travers le monde suggérant que le marché est loin d’être équilibré

L’OPEP+ ne semble pas pressée d’ajouter de l’offre aux marchés et semble produire en dessous de son plafond de production auto-imposé

Le déport le plus important du Brent sur 12 mois depuis 2013 est un autre indicateur haussier des prix du pétrole

Même après avoir atteint des niveaux les plus élevés depuis plusieurs années ces derniers jours, les prix du pétrole ont encore de la marge pour augmenter cet hiver. Au moins les fondamentaux du marché à court terme le suggèrent, selon les analystes. Les stocks dans le monde sont tombés en dessous de la moyenne quinquennale d’avant la pandémie, car les stocks s’épuisent, la demande rebondissant dans un contexte de réponse plus faible de l’offre des producteurs. La crise énergétique en Europe et en Asie et les prix record du gaz naturel et du charbon ajoutent d’autres arguments aux arguments haussiers en faveur du pétrole dans les mois à venir, car le passage du gaz aux produits pétroliers tels que le mazout et le diesel, en particulier en Asie, est déjà en cours .

La structure de la courbe des contrats à terme sur le pétrole dans un an indique également un marché serré et une marge de manœuvre pour des prix du brut plus élevés.

Les actions s’étirent au fur et à mesure que la demande rebondit

Du côté de la demande, la reprise des économies et la mobilité ont stimulé la demande mondiale de pétrole ces derniers mois, entraînant des réductions des stocks qui ont réduit les stocks mondiaux en dessous des moyennes récentes.

Aux États-Unis et dans l’ensemble des économies développées de l’OCDE, les stocks commerciaux de pétrole sont tombés en dessous des moyennes quinquennales d’avant COVID après avoir plus que inversé les énormes augmentations du printemps et de l’été de l’année dernière, note l’analyste de marché de Reuters, John Kemp.

Au dernier rapport de la semaine, les stocks de pétrole brut commercial aux États-Unis s’élevaient à 427 millions de barils, soit environ 6% de moins que la moyenne quinquennale pour cette période de l’année. Les stocks d’essence étaient environ 2 % inférieurs à la moyenne quinquennale, les stocks de carburant distillé étaient inférieurs de 9 %, tandis que les stocks de propane/propylène étaient nettement inférieurs de 21 % à la moyenne quinquennale pour cette période de l’année, selon les dernières données de l’EIA.

Dans l’OCDE, les stocks commerciaux en août étaient inférieurs de 162 millions de barils à la moyenne quinquennale d’avant COVID, a déclaré l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dans son dernier rapport mensuel la semaine dernière. Les données préliminaires pour les États-Unis, l’Europe et le Japon montrent que les stocks de l’industrie terrestre ont chuté de 23 millions de barils supplémentaires en septembre.

Connexes: Exxon envisage d’abandonner les grands projets pétroliers et gaziers pour apaiser les investisseurs ESG dans le monde, les soldes implicites de produits raffinés au troisième trimestre “affichent le plus grand tirage en huit ans, ce qui explique la forte augmentation des marges des raffineries en septembre malgré des prix du brut nettement plus élevés”, a déclaré l’AIE .

La crise énergétique en Europe et en Asie pourrait en outre augmenter la demande mondiale de pétrole de 500 000 barils par jour (bpj) par rapport à un marché «normal» sans crise du gaz naturel et du charbon, a noté l’agence, rehaussant ses prévisions de demande mondiale de pétrole pour 2021 et 2022.

L’offre est en retard sur la demande alors que l’OPEP + maintient le marché serré

Alors que la demande a rebondi malgré les poussées estivales de COVID aux États-Unis et en Asie, les ajouts d’offre sur le marché du pétrole ont pris du retard par rapport au rythme de la croissance de la demande.

Premièrement, c’est l’ouragan Ida qui a limité l’approvisionnement en pétrole américain du golfe du Mexique de la fin août à la majeure partie de septembre. L’approvisionnement ne retrouvera sa pleine capacité qu’au début de l’année prochaine, car une plate-forme exploitée par Shell restera hors ligne jusqu’à la fin de 2021.

Dans le même temps, le groupe OPEP+ continue de maintenir le marché tendu, n’ajoutant que 400 000 b/j chaque mois à son offre globale. C’est malgré les appels des États-Unis et d’autres pays consommateurs à ouvrir les robinets et à maîtriser les prix élevés du pétrole, et malgré la crise énergétique qui a contraint les services publics à démarrer la production d’électricité au pétrole dans un contexte de prix record du gaz naturel, augmentant la demande de pétrole des produits.

Les dirigeants de l’OPEP+ soulignent l’offre excédentaire attendue l’année prochaine et la nécessité de regarder au-delà des deux prochains mois dans leur décision de continuer à annuler seulement 400 000 b/j par mois de leurs réductions.

Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdulaziz bin Salman, a pratiquement exclu la semaine dernière l’option selon laquelle l’alliance réagirait à la hausse des prix du pétrole en ajoutant plus d’offres que prévu.

« Nous devrions regarder bien au-delà du bout de notre nez. Parce que si vous le faites et tenez compte de 22, vous vous retrouverez d’ici la fin de 22 avec une énorme quantité de surstocks », a-t-il déclaré jeudi.

De plus, les chiffres de la production indiquent que l’OPEP+ pompe en réalité bien en deçà de son plafond de production collective. Selon les estimations de Bloomberg, si tous les membres de l’alliance s’en tenaient à leurs plafonds de production respectifs en septembre, la production globale du groupe aurait été supérieure de 747 000 bpj à ce qu’elle était.

Il semble que l’OPEP+ ne s’inquiète pas trop de la destruction de la demande à 85 $ de pétrole, du moins pas pour l’instant. Les dirigeants du groupe soulignent l’importance d’une vision à long terme et d’une stabilité sur le marché, s’attendant à une augmentation de l’offre en 2022 à la fois de leurs propres puits et du patch de schiste américain, qui semble maintenir sa discipline d’investissement même à 80 $ de pétrole.

Le prix du pétrole encore plus élevés

À la fin de 2021, cependant, l’offre reste tendue, tandis que le déport, indicateur clé d’un marché en resserrement, entre le contrat Brent de décembre 2021 et le contrat de décembre 2022 est passé à plus de 8 $ le baril ces derniers jours. Il s’agit du déport de Brent sur 12 mois le plus important depuis 2013, selon les données de Refinitiv Eikon citées par Reuters.

“La crise énergétique est en train de se tailler un plancher pétrolier de 80 USD/b”, a déclaré la banque japonaise MUFG dans son rapport Oil Market Weekly la semaine dernière.

“L’explosion du brut Brent au cours des derniers jours de bourse indique que la voie [vers] des prix du pétrole encore plus élevés reste ferme”, a écrit l’équipe de recherche de la banque.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici